26.03.2017 Actualités, Article

EWC FINLANDE : le résumé de samedi

pour beenduro.com

Redoutée, crainte, voire haïe des stars de l’Enduro Mondial, la mythique course Finlandaise a alimenté les conversations et la polémique durant l’intersaison. Et l’angoisse alla crescendo lorsqu’au lever du jour, la caravane de l’EnduroGP se réveilla sous une fine couche de neige tombée pendant la nuit qui donnait un cachet encore plus hivernal à ce Grand Prix AMV de Finlande.

COVERGPFINAL

Il était 7.00 du matin lorsque s’élançait le N° 1 mondial, l’Australien du team Sherco, Matthew PHILLIPS suivi par ses rivaux de la saison 2016 à savoir Steve HOLCOMBE (GB-Beta), Loic LARRIEU (F-Yamaha), Nathan WATSON (GB-KTM) ou encore Alex SALVINI et ce en l’absence de Mathias BELLINO (F-Husqvarna) sérieusement blessé le jeudi matin lors d’essais privés.
Attendus, les pilotes locaux prirent vite les commandes de la course lors des 3 premières spéciales disputées sur un terrain enneigé et encore gelé et qui sembla « refroidir » (sic) les « non » scandinaves. Les leaders s’appelaient donc Antti HELLSTEN (SF-Husqvarna) en EnduroGP, Eero REMES (SF- TM) en Enduro 2 ou encore Eemil POHJOLA (SF- Husqvarna) chez les Juniors.
REMES vire en tête.

HELLSTEN comme prévu en Enduro GP

Disons le tout de suite, les Finlandais ne furent pas inquiétés sur leurs terres. En EnduroGP, le double vainqueur de la Päijanne (2015 et 2016), Antti HELLSTEN fut carrément au dessus du lot tout au long des 12 heures de course où il distance de près d’1 minute et 30 secondes le géant Marko TARKKALA (SF-Husqvarna) que l’on retrouvait avec plaisir… Aleksi JUKOLA (SF-KTM) complète le podium du jour dans la catégorie reine après plus de 3 heures de chronos et 440 kms de course.
Mais n’allez pas croire que la course fur monotone pour autant… loin de là ! Emmenées par un Matthew PHILIIPS en pleine forme, les stars de l’EnduroGP enroulèrent du câble au fur et à mesure de la journée, comme s’ils s’acclimataient plein pot à cette épreuve si atypique. Et alors que la neige commençait à fondre après le ravitaillement de Jamsa, l’officiel Sherco et le britannique Steve Holcombe commencèrent à enchainer des chronos dignes des meilleurs finlandais ! Matthew PHILLIPS se classe finalement quatrième à un peu plus de 10 secondes de la troisième place alors que Steve HOLCOMBE finit 5eme après avoir ouvert le tracé en solitaire tout au long de la journée. Les frenchies Christophe NAMBOTIN (F-KTM) et Loic LARRIEU (Yamaha) n’ont pas démérités et terminent respectivement 6eme et 7eme. Mais écoutons Christophe NAMBOTIN… « Ce n’est pas super dur ! Les liaisons se font par la route et donc on a le temps de récupérer…Par contre il est difficile de s’alimenter et de boire car on passe beaucoup de temps à s’habiller et se déshabiller pour se protéger du froid et cela m’a pas mal perturbé aujourd’hui tout comme mon mauvais chrono de la spéciale 4. Mais je pense que l’on a eu de la chance qu’il ne neige pas trop car le terrain aurait été beaucoup plus difficile et piégeux ! »
Un peu frigorifié à l’arrivée, Nathan WATSON (GB- KTM) se classe 8eme et marque de gros points devant un étonnant Christophe CHARLIER (F-Husqvarna) qui s’en est superbement sorti pour un baptême du feu pas piqué des vers ! Bonne dixième place pour Giacomo REDONDI (I- Honda Red moto) alors qu’Alex SALVINI 12eme (I-Beta) a déçu malgrè une fin de journée encourageante.

Eero … malgré lui.

L’histoire est belle : Eero REMES (SF-TM) n’avait jamais disputé la Paijanne et se gardait bien de l’inscrire à son calendrier… manque de chance pour lui, la FIM et ABC Communication ont contrarié ses plans en inscrivant l’épreuve au menu de cette saison 2017. Et le lutin Finlandais a passé une partie de l’hiver à s’entrainer chez lui dans la neige et le froid… Mais comme le travail paye toujours, Eero REMES a été Impérial et a corrigé tous ses rivaux de L’Enduro 2 en enlevant 12 des 15 spéciales de cette première journée, tout en prenant la tête du scratch de la Paijanne! Aujourd’hui c’était «Heros» REMES aux commandes, loin devant ses poursuivants emmenés par un autre local, Henric STIGELL (SF-Husqvarna), bien connu de la scène mondiale. Eero était heureux, et une fois n’est pas coutume, il affichait un sourire, bref, mais radieux… « Oui c’était vraiment cool de rouler sur cette épreuve et d’être ainsi encouragé par le public ! »
Mais en Enduro 2 aussi, les « étrangers » se son très bien comportés à commencer par l’Autrichien Pascal RAUCHENECKER (Husqvarna) superbe troisième et boosté par une saison prometteuse en SuperEnduro. Il est le seul « Non Finlandais » à accrocher un podium aujourd’hui dans les deux catégories Seniors. Chapeau Pascal ! Bonne surprise également avec l’espagnol Josep GARCIA (KTM) à qui peu de monde accordait crédit en Enduro2. Et bien le Catalan a superbement assuré un excellent 5eme rang avec à la clé un début de course remarquable et il n’échoue qu’à 9 secondes de Roni NIKANDER (SF-KTM) le quatrième… Daniel SANDERS (KTM), le rookie Australien s’en sort bien à la 6eme position juste devant les deux frères MCCANNEY… Par contre Manuel MONNI (I-TM) n’a pas été à la fête (12eme) tout comme Thomas OLDRATI (I-Husqvarna) 14eme ou le malchanceux Victor GUERRERO (E-Yamaha) clavicule fracturée dès la 2eme spéciale ou encore Jonathan BARRAGAN (E-Gas Gas) qui abandonna à la mi journée.

Les « Etrangers » dans le coup !

Les Scandinaves furent insatiables chez les Juniors emmenés par un Eemil POHJOLA (SF-Husqvarna) en pleine forme et qui domina de bout en bout cette catégorie après que ses plus sérieux rivaux, Albin ELOWSON (S-Husqvarna) et Lari JUKOLA (SF-KTM) soient partis à la faute à mi course avec une épaule déboitée pour le premier nommé… Très régulier et volontaire, Davide SORECA (I- Honda Red moto) accroche ainsi un inespéré 2eme rang devant un autre favori de la catégorie, Mikael PERSSON (S- Yamaha). Bonne performance aussi de Kirian MIRABET (E- Sherco) 5eme et qui marque donc de gros points, et résultats encourageants pour Matteo CAVALLO (I-Beta) et Kevin OLSEN (S-KTM)… mais POHJOLA, avec plus de 7 minutes d’avance était au dessus du lot et il jouera également la gagne demain de cette Paijanne car il est deuxième ce soir au scratch !
L’hégémonie scandinave fut complète en FIM Youth CUP 125cc avec une nouvelle victoire pour Husqvarna grâce au talent du prometteur d’Hugo SVARD (SF) devant quatre de ses compatriotes et l’Italien Andrea VERONA (TM) opiniâtre 6eme.

Antoine Magain fait ses classes

Côté belge, notre unique représentant Antoine Magain, est arrivé détendu nous confiant son frère Maxence : « Antoine est plutôt relax, il évite la pression malgré que certains médias parlent de lui. Il reste concentré, il sait pourquoi nous sommes ici. C’est particulier comme enduro, donc nous sommes tous dans l’inconnu mais le soutient que nous avons de Christian Dejasse (FIM) le soulage, et nous soulage tous. Cette première journée a été longue, avec un départ à 7h35 et une arrivée qui était prévue à 20h04 … »

c’est une première journée de fou ! C’est vraiment hard !

Comment s’est passée cette première journée pour lui ? « c’est une première journée de fou ! C’est vraiment hard … Antoine a eu un peu de mal pendant les 2 premières spéciales suite à un mauvais setting de fourche. Après il se sentait de mieux en mieux mais il a été gêné plusieurs fois, et il a chuté … les conditions sont très différentes par rapport à l’entraînement qu’il est allé faire en Suède la semaine passée. Les spéciales sont très piegeuses, dangereuses, gelées, et rapides … Il boucle la journée à la 18ème position, après une énorme chute à fond de 5 dans la spéciale 8 qui a bien froissé la moto, et Antoine. Malgré tout, en fin de journée il réalise deux excellent 13ème temps, l’apprentissage continue. Vivement demain soir, c’est vraiment éprouvant ! »

La 2eme journée de la Paijanne ou « Paitsi » comme disent les locaux est déjà dans les starting blocks. Néanmoins les rescapés de cette très exigeante première journée respirent quelque peu à la vue du programme dominical qui ne propose « que » 7heures de courses, 11 spéciales et 250 kms en direction du Sud et d’Helsinki où sera jugée l’arrivée. Et « descendre » vers le Sud pour un Finlandais cela veut dire, éviter la neige, le froid, et le gel…et affronter des terrains plutôt humides et gras. Et si les PHILLIPS, HOLCOMBE, NAMBOTIN, RAUCHENECKER ou encore LARRIEU venaient demain titiller les pilotes locaux sur des terrains qui leurs sont plus familiers ? C’est en tout cas une des principales questions de ce Grand Prix AMV de Finlande car si la Paijanne tant redoutée n’a pas encore rendue sont verdict, elle parait beaucoup plus à portée des habitués de l’EnduroGP que l’on aurait osé l’imaginer il y a encore 24 heures… En tout cas la Päijanne est une sacré belle épreuve, parfaitement organisée (800 bénévoles, 50 chronométreurs) et qui mérite incontestablement ses lettres de noblesse !

Crédit : EnduroGP Photos :  RedMotos – Yamaha Zone Rouge.

pour beenduro.com