Essais be ENDURO : Asiawing 250 NC & 450 LX

pour beenduro.com

Avec un tarif presque moitié moins cher que ce que l’on retrouve habituellement chez les autres constructeurs, ces motos en provenance de Chine apportent une offre low-cost qui a de quoi interpeller. Nous avons voulu en savoir un peu plus en procédant à un essai des deux modèles à leur catalogue enduro.

COVERtestASIA

Ces motos commercialisées depuis peu dans notre pays, sous l’impulsion de l’importateur Belge Michael Pierre (SM-Bike) et le préparateur Jean-François Cabu de la concession JF Racing, nous étaient ici présentées dans leur livrée 2016. Le concept du constructeur chinois Asiawing est de proposer des modèles enduro sur une base de châssis HONDA (2008) et une motorisation reprenant également la licence de l’usine japonaise pour la cylindrée 450. Quant à sa 250, la marque s’est reportée sur un bloc moteur du constructeur chinois Zongshen (même bloc équipant l’AJP PR5). Toutes deux encore alimentées par carburateur, elles devraient dès l’an prochain voir accueillir l’injection afin de pouvoir répondre aux normes de pollution plus strictes en Europe (EURO4).

AsiaWing0032

Partant d’une base solide et éprouvée les Asiawing on fière allure

Un equipment en évolution constante

S’efforçant de répondre aux attentes de son réseau de distribution aux quatre coins du globe, le petit constructeur n’a cesse de faire évoluer ses deux modèles enduros. Cette année, et suite aux nombreuses remarques dénotant leurs suspensions, chacune présente désormais un ensemble fourche et amortisseur en provenance du spécialiste Taïwanais en la matière, FastAce. Côté équipement et esthétique, les chinoises ont fière allure. Dotée chacune d’un démarreur électrique et d’un ventilateur au niveau du radiateur droit et quelques pièces anodisées rouges, comme les tés de fourches usinés dans la masse ou les moyeux de roues, le tout témoigne d’une réelle volonté d’offrir des machines abouties.

Soucieux de bien mettre en valeur les motos de sa concession, Jean-François Cabu avait choisi de compléter leur équipement de base avec quelques pièces optionnelles comme un échappement FMF (et CRD sur la 250), un kit de durites racing, une pédale de frein anodisée rouge, un sabot ACERBIS (en lieu et place de celui d’origine), d’un levier d’embrayage RENTHAL et des pneus MICHELIN FIM, sans oublier le kit déco rappelant nos couleurs nationales.

Des motos aux aspirations différentes

C’est par une journée d’été particulièrement bien ensoleillée que nous avons pu prendre les commandes des deux montures venues d’Asie. Le terrain de jeu, mixant de nombreux passages lents et techniques avec des passages plus rapides dans ses extrémités, n’était autre que le domaine privé utilisé par la famille Vukcevic pour l’organisation de stages ou de spéciales chronométrées lors du passage du championnat de Belgique dans la région du centre. De quoi se donner une bonne idée sur la maniabilité et le caractère moteur de nos motos du jour.

AsiaWing0073

Arborant de nombreux passages techniques, le terrain de jeu du jour offrait également quelques portions rapides

Une pression du pouce sur le démarreur électrique et la sonorité est au rendez-vous grâce notamment à la ligne complète FMF montée sur la 450 ou le silencieux CRD sur la 250. Cette dernière, que notre fidèle pilote consultant Matt avait eu l’occasion de longuement tester l’an passé dans le cadre de nos Enduro Race Days, fait preuve ici d’une meilleure forme, notamment dans ses hauts régimes. Là où l’exemplaire du millésime précédent saturait quelque peu à haut régime, le bloc se montre à présent plus fun et accepte davantage les montées énergiques dans les tours. Passé les mi-régimes il semble se libérer plus facilement sans pour autant se montrer démoniaque. La prestation offerte est plaisante, et malgré des bas régimes que l’on souhaiterait parfois mieux remplis, le petit cube à soupapes s’en sort assez bien pour se montrer carrément agréable en mode randonnée. En passant sur sa grande soeur, la sensation est tout autre. Le bloc affiche un comportement bien plus rageur avec un coffre moteur des plus présent. La puissance peut rester linéaire pour autant que l’on sache rester doux avec la poignée des gaz. La mécanique transpire ici d’avantage l’héritage cross dont il est issu. Un sentiment d’autant plus renforcé par l’étagement de sa boite de vitesse à 5 rapports dont les distributeurs américains ont fortement poussé pour que la marque utilise la même architecture que sur la CRF (en lieu et place de l’étagement plus typé enduro d’une CRF-X). A l’usage cela se ressent dans les passages techniques où le premier rapport, assez long, inspire plus à attaquer un appui que de se transformer en mode trialiste face à un gros tronc d’arbre couché.

AsiaWing0081

La 250 permettra de s’extirper de nombreux passages délicats avec aisance

Niveau position de conduite, chacune présente une assiette différente, les rendant une fois de plus significativement différentes l’une de l’autre. La 450 plus rigide et plus haute de l’arrière, de par l’utilisation d’un ressort d’amortisseur plus dur que sur la petite soeur, se montrera plus à l’aise dans les changements de direction avec davantage de précision du train avant sur les cassures et en descente. La 250 semble elle plus à l’aise en mode randonnée avec une assiette plus basse de l’arrière renforçant la sensation de stabilité à haute vitesse. Ses suspensions plus souples se montreront un temps moins réactives à l’attaque qu’avec celles du plus gros cube.

AsiaWing0057

Avec son moteur puissant et rageur la 450 invite à l’attaque

La randonneuse et la sprinteuse

Si nous devions définir ces deux motos en un mot chacune, celui-ci reviendrait à leur vocation à laquelle chacune semble se destiner. Si la 250 ne rechignera pas à l’exercice du chrono, son moteur et sa partie cycle inviteront cependant d’avantage à parcourir de longues balades avec efficacité et plaisir sans trop ce fatiguer. Malgré un rayon de braquage un peu pénalisant, elle se montre plus à l’aise que la 450 pour s’extirper des passages délicats. Son moteur, plus libéré qu’auparavant restera par contre plus sage à maitriser. Là où le coup de piston de sa grande soeur pourra parfois se montrer plus déstabilisant dans le technique, il se montrera par contre bien à son avantage sur des tracés de type circuit d’endurance, comme à la Chinelle par exemple où la 450 aura cette année encore offert une belle prestation. Son côté plus typé cross pourra alors s’exprimer pleinement et enchainer les tours avec performance. Quoi qu’il en soit, Asiawing offre deux modèles enduro à l’équipement bien complet à un tarif imbattable. Comptez 5.290,- EUR pour la 250 NC et 5.890,- EUR pour la 450 LX. Pour 100,- EUR de plus JF Racing propose une monte de pneus MICHELIN enduro FIM.

AsiaWing0062

Deux cylindrées aux aspirations sensiblement différentes

beENDURO tient à remercier la famille Vukcevic pour l’accès à leur terrain privé, Michael Pierre et Jean-François Cabu pour leur accueil.

PARTN2016

pour beenduro.com