be ENDURO aux 12h de la Chinelle avec AJP

pour beenduro.com

Cette année, AJP avait décidé de faire rouler une de leur moto sur la mythique course d’endurance belge. Cette décision répondait en quelque sorte à une demande de certains clients potentiels, curieux et peu connaisseurs de la marque, de voir une de leur production évoluer sur ce rendez-vous incontournable du calendrier.

Chinelle - Vendredi-56

Il y a un an l’importateur belge de cette marque portugaise, Pascal Gervais, avait choisi le week-end de la Chinelle pour y présenter une partie de la gamme en y proposant notamment de les essayer. Nombreuses furent les personnes à lui demander si la marque serait présente en course. Bien que la compétition ne soit pas leur philosophie première, AJP tient cependant à prouver que ses productions, davantage typées loisir, peuvent combiner efficacité et fiabilité en toutes circonstances. En terminant il y a peu les 4 jours particulièrement usants de la dernière édition des Redbull Romaniacs, avec des modestes modèles PR4 (à la mécanique simple de 240cc refroidi par air), ou en participant au championnat d’enduro portugais via leur modèle PR5, AJP prouve que ses modèles au slogan « 2easy2ride » peuvent tirer leur épingle du jeu en réalisant de très bonnes prestations.

be ENDURO en spectateur et acteur

Soucieux de démontrer toutes les qualités des motos portugaises, Pascal,  soutenu par l’usine nous a invité à participer à cette aventure. Nous nous sommes donc élancés pour 12h de course aux côtés du jeune pilote portugais envoyé pour l’occasion par l’usine, André Martins, et de la représentante pour la Belgique, Elise Marchal (coutumière des courses d’endurance au guidon de cette moto).

La Chinelle est une course particulière, qui, même si le but final n’était pas le résultat, demande un minimum de préparation. Pour ce faire, nous avons pu compter sur le français Sébastien Viallard, préparateur hors pair et familier de la marque (il en est le responsable technique pour la France depuis plusieurs années) avait rejoint le team sur le site de Franchimont. Outre son expérience acquise en tant que pilote sur le championnat du monde d’enduro dans les années 90, Sébastien est un technicien et préparateur d’expérience qui ne compte plus ses participations sur les assistances au Dakar mais aussi sur les courses en vitesse pure. Mario Figueiras, responsable marketing & ventes du constructeur, avait tenu à faire le déplacement également. Bien que bras droit du grand patron, il n’a pas hésité à participer à l’évènement en apportant son assistance à l’équipe tout en épaulant le jeune pilote portugais. Ce dernier, André Martins, 18 ans, à la grande expérience en cross, évolue à domicile sur le championnat d’enduro pour AJP où il est actuellement leader de la catégorie Nationaux. Deuxième pilote, Elise Marchal, cette multiple championne de Belgique de VTT (en cross country) qui a raccroché de la compétition à haut niveau se consacre à présent à l’enduro. Elle effectue quelques piges sur diverses courses d’endurances au guidon de la petite portugaise. Enfin, pour compléter cet équipage, c’est donc à un membre du staff 101% Enduro que Pascal proposa d’endosser le rôle de troisième pilote, tâche que je relevais avec plaisir.

AJPChinelle010

De gauche à droite, Mario Figueiras, Sébastien Viallard, Benjamin (enduro101) et Pascal Gervais

La PR5 en mode Chinelle

La moto mise à disposition par l’usine AJP n’était autre que son modèle le plus évolué en terme d’équipement et moteur. La PR5 « Extrême », que notre pilote consultant Matt Coombs avait déjà pu tester à Bilstain, avait pour l’occasion revêtu une plaque phare à l’optique adaptée pour ce type de course en partie nocturne. Le système d’éclairage à Led monté sur notre machine développant pas moins de 6000 lumen nous aura considérablement facilité la tache tout au long de nos relais de nuit. L’amortisseur SACHS soigneusement préparé par Sébastien afin d’offrir le meilleur compromis possible entre nos 3 gabarits aura parfaitement joué son rôle garantissant une motricité remarquable durant la course.

Allié à la fourche MARZOCCHI dont le modèle « extrême » se voit équipé, l’ensemble s’est montré efficace sur toute la durée de l’exercice. Son moteur coupleux et facile à emmener combiné à une architecture propre à la marque (avec notamment un réservoir situé en partie centrale arrière) s’est en effet montré très maniable et facile à piloter. Un véritable plus pour passer les nombreuses parties techniques du parcours. Dans les enchainements plus rapides, ce bloc 250 4-temps ne rechignait pas à la tâche et proposait une bonne petite allonge sans pour autant pouvoir concurrencer les plus grosses cylindrées présentes en piste. Le véritable point positif de cette moto est avant tout sa facilité d’utilisation, le pilote peut en exploiter la quintessence sans trop s’épuiser.

AJPChinelle017

La PR5 se montre facile à piloter et exploiter, un avantage pour une course de longue haleine

Une loisir à l’arrivée

Pour cette première participation, et au vu de l’équipage hétéroclite choisi pour l’occasion, l’objectif fixé par la marque était de tout simplement rallier l’arrivée. Notre pilote de pointe, André Martins, aura très rapidement pris la mesure de ce long tracé, par endroits très piégeur et glissant. Lui qui réalisait pour la première fois ce type d’exercice, et qui plus est, bien loin des conditions franchement plus sèches qu’il apprécie d’habitude.

AJPChinelle019

Plus habitué à défoncer les appuis de sable chaud des spéciales portugaises, André aura vite pris la mesure du tracé

Lors des 2 tours qu’il accomplit au moment de la séance chronométrée, il nous signe un bon 26ème temps, non sans m’avouer lors de son retour au stand qu’il était, dans ce tour là, parti à la faute et tombé dans un secteur du circuit … Considérant que cette place sur la grille était déjà un très bon résultat, le team me fait alors prendre la piste pour continuer la séance d’essais et effectuer 2 tours pour me familiariser d’avantage avec le tracé pas encore complètement versé dans la pénombre à ce moment là. C’est ensuite à la représentante féminine de notre équipe que je cède le guidon afin qu’elle puisse faire de même et davantage s’habituer à l’éclairage de notre monture. Elle qui appréhendait le côté nocturne de cette compétition, va rapidement se rassurer lors de cette dernière séance d’essai grâce au montage led au top concocté par Sébastien Viallard. Etant 3ème pilote dans l’ordre des choses, instruction m’est alors donnée d’aller me reposer au mobile-home afin de prendre mon premier relai de course frais et dispo. André, qui aura pris le départ, effectue un bonne première heure de course (revenant au stand à la 37ème place) et remet la moto à Elise qui effectue à son tour un bon premier relai d’une heure me permettent alors de prendre la piste dans de bonnes conditions. Malheureusement, une collision avec un autre concurrent m’oblige à rentrer plus tôt que prévu pour remettre en place un guidon désaxé, je profite de l’occasion pour céder le guidon au pilote portugais. Un tour plus tard, il se révèle que cet incident a occasionné plus de dégâts qu’escompté, André rentre à nouveau au stand, avec une attache de la pédale de frein arrière qu’il faut réparer à la hâte.

AJPChinelle013

Une grosse chute conséquence de la collision avec un autre pilote aura quelque peu endommagé notre monture

Quelques heures plus tard, une nouvelle intervention est nécessaire sur cette même pédale de frein qui ne semble ne pas vouloir rester en place. Malgré l’expérience et la réactivité de notre mécano ces deux faits de course nous font perdre pas mal de temps. Les derniers relais de chaque pilote seront cependant plus calmes, mais tout le temps perdu dans ces arrêts non prévus, et les chutes (avec quelques contusions, genou touché pour André et scaphoïde pour ma part), nous coûtent de nombreuses places au classement général. Malgré ces faits de courses, nous terminons à la 66ème place, avec un grand coup de chapeau à notre partenaire féminine qui aura courageusement enchainé la dernière heure dans des conditions devenues dantesques suite à l’apparition de la pluie.

AJPChinelle015

Elise aura vraiment assuré et offert de très bon relais au guidon de la PR5

Ce dernier relai fut également l’occasion pour notre équipage de suivre de près le magnifique spectacle offert par les 2 teams de tête, avec un final au suspens intenable et au combien spectaculaire ! C’est en effet avec un écart presque insignifiant de 3,6 secondes que l’équipage officiel KTM Belgique (mené par le duo Thierry Klutz et Cédric Cremer victorieux l’an passé et rejoint cette année par Dimitri Vanhoenacker) l’emporte face aux hommes du team officiel YAMAHA Belgique (mené par l’expérimenté Cédric Melotte et les jeunes Antoine Magain et Daymond Martens). Se partageant la tête de course tout au long des 12h et malgré le retour désespéré de Daymond Martens dans les derniers tours, Thierry Klutz aura tenu bon. La 3ème place du podium revient à l’équipage Husqvarna du liégeois Kevin Fors associé au Français Nicolas Deparrois et Wietse Brackman.

AJPChinelle018

Une fin de course palpitante que nous avons pu suivre depuis notre stand

Pari réussi

Même si le résultat final ne peut nullement prétendre quelque gloire qu’il soit, ce week-end de course aura permis de prouver qu’une moto typée loisir n’a vraiment pas à rougir de ses prestations. Hormis les quelques faits de courses ayant retardé l’évolution de notre moto sur les 12h de course, cette dernière aura toujours assuré un niveau de prestation pleinement égal à ce que l’on attendrait d’une machine d’un autre constructeur, et ce, sans avoir dénaturé sa base technique, puisque rappelons le, tout sur la moto était entièrement d’origine. Qu’il s’agisse de sa boite de vitesse, du bloc moteur ou encore de la partie cycle, la moto portugaise est restée d’origine. Fort de cette expérience positive, la marque se dit séduite par la course et envisagerait même de revenir l’an prochain avec cette fois une équipe de pilotes plus spécialistes de ce type d’épreuve, pour qui sait, prétendre à un résultat de classe ?

be ENDURO tient à remercier AJP pour nous avoir permis de vivre la course mythique des 12h de la Chinelle au sein d’une équipe professionnelle, une expérience enrichissante à tous points de vues. Pascal, Mario et Sébastien ont permis aux pilotes d’effectuer la course dans les meilleures conditions possibles. Malgré la pression et le stress de la course, l’ambiance est restée conviviale et nous a permis de passer de bons moments. Un merci tout particulier à Pascal Gervais, importateur belge de la marque, à l’origine de ce projet pour avoir assuré le côté logistique de mains de maître. Enfin, merci à Christophe Culot pour avoir assuré le reportage photo.

Photos : Christophe Culot – enduriste.be

pour beenduro.com